La question du genre et l’espéranto

ecritureInclusive

Dénonciation de machisme linguistique, exigence d’écriture inclusive, imposition de langage épicène,… Les langues, autour de nous, font l’objet d’attaques en règle de la part de nombreuses minorités en colère. En un mot comme en cent, les langues seraient les véhicules d’une idéologie machiste. Les luttes pour l’égalité des féministes d’il y a une trentaine d’années ont amené le concept de langage dit épicène. Si celui-ci ne s’est jamais généralisé, on le rencontre tout de même dans de nombreux documents. Mais lui-même est attaqué depuis quelques années par tous ceux (et celles, et ceules!) qui estiment que la démarche épicène, en exigeant pour toute forme masculine une juxtaposition féminine, c’est encore l’exclusion de tous ceux qui ne se sentent ni homme, ni femme. Immense foutoir…

Lire la suite

Fin des réunions du groupe Langue

SinjoroLongkrululo

Les réunions du groupe Langue ont été stoppées par les mesures liberticides qui ont obligé les cafés et restaurants  à fermer et qui ont interdit les réunions. Après plus d’une année de ce régime et vu les perspectives guère optimistes en matière de réunion et de déplacement – à quoi il faut ajouter la peur de bien de gens d’ « attraper le virus » – le comité de la Stelo a décidé de supprimer cette activité.

Ceux qui voudraient tout de même discuter de l’espéranto, de ses tournures, de traduction et de littérature sont invités à contacter directement Markus et Daniel. (markus.sanz[at]gmail.com / gubler-rey[at]bluewin.ch)

Petit conte du temps de Noël

JulavoLe Père Noël parlait le noélique, comme chacun sait. Langue mélodieuse et traînante, le noélique aurait pu devenir la langue d’un monde aimant et gai, enclin à la rêverie et attentif à l’imagination. Mais voilà, le monde n’était pas comme ça, et rares étaient ceux qui voulaient apprendre cette langue curieuse, assez difficile et surtout inutile, de l’avis de tous ceux qui ne l’avaient jamais entendue et encore moins pratiquée. Le noélique finit ainsi par n’être plus parlé que par les anges, les fées, les gnomes, les sylphes, les rêveurs et quelques oiseaux. Et le Père Noël.

Lire la suite